La vie en Béguinage

Un habitat inclusif en réponse aux besoins des Seniors

Résidences à taille humaine où chacun pourra vivre le désir profond de rester autonome jusqu’au bout, dans un environnement paisible et fraternel, les béguinages sont implantés en ville ou dans des quartiers vivants, afin de faciliter les nécessités du quotidien (commerces, soins…).

L’habitat inclusif, c’est quoi ?

L’Habitat inclusif est une réponse complémentaire, un « chaînon manquant », entre le logement ordinaire, et l’hébergement en institution. Habituellement, il s’agit de petits ensembles de logements indépendants, associés à des espaces communs partagés. Il permet de combiner vie autonome et sécurisation de l’environnement, et réunit souvent des personnes souhaitant intégrer un projet de vie spécifique, social et solidaire.

Créé par le Comité interministériel du Handicap en décembre 2016, l’Observatoire de l’Habitat inclusif a pour rôle de promouvoir le développement de ce type d’habitat, au service des personnes fragiles, âgées ou en situation de handicap.

Les trois caractéristiques de l’Habitat inclusif :

  • Chaque personne dispose d’un logement personnel, un « chez-soi » qui est sa résidence principale
  • Les résidents sont aidés, accompagnés, surveillés si nécessaire
  • Ils gardent une insertion active dans la vie de quartier.

Le béguinage offre à tous :

  • Un lieu de relations, d’amitié, où le sentiment de solitude est banni. Bienveillance et entraide sont des piliers de cette vie fraternelle,
  • Un vrai « chez-soi », appartement T2 ou T3, où l’on pourra continuer à vivre « comme à la maison ». Maîtrise des évènements, responsabilité de sa propre vie, droit de décider… la fin de vie doit être encore la vie !
  • La possibilité de rester actif dans la Société : A chaque béguinage sera confié une mission humaine et sociale, en lien avec les réalités locales : alphabétisation, visite de malades, engagements associatifs, service du plus faible, tri de vêtements ou de nourriture…se rendre utile.

A qui le Béguinage s’adresse-t-il ?

Quel âge ?

Il n’y a pas de limite d’âge, dans un sens comme dans l’autre ! Toutefois, la question de la solitude, de l’isolement, de l’exclusion touche majoritairement les seniors, qui sont donc plus concernés que les générations plus jeunes, qui jouissent d’une vie sociale et/ou familiale plus active.

Quelle santé ?

Le béguinage est un ensemble d’appartements où l’on vit « chez soi ». Donc, comme chez soi, il faut garder son autonomie. Toutefois, les appartements sont conçus pour accueillir des personnes à mobilité réduite. Les services hospitaliers de HAD (hospitalisation à domicile) accueillent très favorablement cette solution où l’on peut veiller les uns sur les autres.

Quels revenus ?

Le béguinage veut être accessible à tous. Dans la mesure du possible, les prix de location des appartements sont régulés par les standards du logement social, offrant ainsi un environnement de grande qualité (jardins, locaux communs, hôtellerie…) pour un loyer très abordable.

La Charte de vie

Véritable constitution du béguinage, la Charte est la véritable référence, la « feuille de route » du projet, et chacun peut y revenir et s’y replonger quand on se trouve devant une question ou un choix.

Elle aborde tous les aspects du « vivre ensemble » : vie fraternelle, vie quotidienne, admissions, départs, observation et sauvegarde de l’esprit du projet.

Pendant les mois qui précèdent l’ouverture de la résidence, les résidents vont ainsi se réunir régulièrement afin s’approprier cette charte de vie.

Si les grands principes sont immuables, ils ont la possibilité de faire quelques ajustements qui resteront propres à leur résidence.

Une fois approuvée par tous, elle est paraphée par chacun, en signe de son engagement moral à la respecter. Il en sera de même pour tout résident.

L’engagement social des résidents

Une dynamique de vie positive.

S’il offre des conditions de vie paisible, où le résident trouvera le calme et la sérénité, le béguinage ne doit pas être un refuge, un lieu clos qui isolera le résident du reste du monde. Pour le retraité, il est vital de continuer à « donner de soi », en particulier dans la vie associative, pour demeurer dans une dynamique de vie positive. C’est pourquoi il est important de bien organiser ce passage délicat de la retraite, où chacun fait le passage d’une vie active, responsable, vers une existence plus paisible, avec moins de contraintes.

Au béguinage, une priorité.

Au béguinage, nous avons choisi de développer ces engagements au service du monde associatif. Chaque béguinage est donc ainsi systématiquement « jumelé » avec une cause ou une institution, selon les besoins et les représentations locales. Un choix positif pour tout le monde : dans son rapport au ministère de la Santé, le Docteur Olivier de Ladoucette souligne que l’engagement social actif est très bénéfique pour le retraité, car il permet de conserver de bonnes capacités d’adaptation, d’entretenir des relations de qualité, de rester engagé dans la société, et de donner un sens à sa vie.

Un bienfait humain, économique et social.

Il est certain que les retraités qui restent actifs en tirent un grand bénéfice sur le plan de leur santé, tant sur le plan mental que physique. Ce qui, il est aisé de le comprendre, n’est pas sans conséquences sur le coût social du traitement des maladies. Les caisses de retraite, qui ont grande conscience de cet enjeu, l’encouragent fortement au nom d’une « prévention sociale globale ».

Les besoins sont nombreux.

La disponibilité des seniors et leurs compétences peuvent s’exprimer dans de nombreux domaines : alphabétisation, visite de malades, de personnes handicapées, aide pour effectuer des démarches sur Internet, permanences téléphoniques, tri de vêtements ou de nourriture, engagement dans des écoles primaires…